Animation flash de la cave de Cruet

Petite histoire du vin de Savoie

" La Savoie n'est pas ce qu'on croit généralement, sur les rapports d'auteurs mal instruits ou ignorants, un pays stérile qui n'a pour habitants que des ours et des marmottes… Les côteaux y produisent de bons vins tels que ceux de Montmélian, de Frangy, de Seyssel. On y rencontre la vigne au pied des glaciers " - Comte de la Résie (1847) -

origine-vin-savoieEn Savoie, l'origine de la vigne semble remonter à la plus haute antiquité. Dans son " Histoire de l'Agriculture en Savoie " (1872) Pierre Tochon rapporte que des auteurs latins tels Pine et Columelle avaient déjà fait mention, au premier siècle après J.C., des vignes d'Allobrogie, en des termes élogieux. " La culture de la vigne dans l'Allobrogie était arrivée à un haut degré de perfection, puisque déjà, on imitait les grecs qui, les premiers, apprirent à parfumer, à aromatiser les vins en introduisant dans leur fabrication des substances étrangères ".

histoire-vin-savoieC'est ensuite au Moyen Age que l'on voit apparaître dans les chartes le nom des vignobles les plus connus. Les documents auxquels on se réfère sont des actes provenant des archives de monastères ou de prieurés car partout les propriétés de l'Eglise, déjà importantes, allaient en s'amplifiant du fait de nombreuses donations. Cependant, les moines ne se contentaient pas d'amasser les biens mais pratiquaient de nombreuses expériences tant en matière de conduite de la vigne que dans le domaine de la vinification, de telle sorte que la qualité des vins savoyards allait en s'améliorant…

histoire-vins-savoieL'abolition progressive du servage et l'émergence de la bourgeoisie précipitèrent le déclin des propriétés seigneuriales. Elles entraînèrent une redistribution des terres et un important morcellement du vignoble. Du XVIe au XVIIIe siècles, le vignoble s'étendit vers les versants pentus jusqu'à des altitudes proches de 1 000 m, mais il glissa aussi vers les sols plus fertiles de la plaine. Ces extensions, conjuguées avec la plantation de cépages médiocres altérèrent la qualité du vin. Pour tenter de remédier à cette situation, on tenta dès 1556 de limiter l'emprise de la vigne à un tiers de la surface d'exploitation agricole et le duc Emmanuel Philibert institua, par un édit de 1559, le ban des vendanges dans le but de favoriser la récolte des raisins mûrs. Mais ces mesures réglementaires eurent peu d'effet car la vigne, plus rémunératrice que les cultures traditionnelles, représentait une part de plus en plus importante du revenu du paysan. Une situation de surproduction chronique s'installa en Savoie. Elle persista jusqu'à la seconde moitié du XVIIIe siècle, incitant le marquis Costa de Beauregard à faire quelques mises au point : " la Savoie a beaucoup de vignes. C'est peut-être une des causes de sa misère. Quand le vin abonde, on s'y accoutume et on en boit beaucoup. Quand il manque, on ne peut plus s'en passer : le prix devient alors excessif et donne à cette denrée une valeur qui lui fait supporter le transport des vins étrangers. Non seulement on a perdu une récolte précieuse, mais encore on s'épuise pour le remplacer " ou encore " le labourage et la vigne doivent faire deux métiers séparés… il se nuisent réciproquement ".

vins-savoie-histoireDe manière générale, la révolution de 1789 eut des répercutions favorables sur le développement de la vigne en Savoie : l'accession des fermiers à la propriété par le rachat de vignobles devenus biens nationaux réduisit le métayage agricole et généralisa le faire-valoir direct. Cette évolution se traduisit par un soin accru apporté au vignoble. Au début du XIXe siècle, la qualité des vins savoyard apparaît très hétérogène. Cela tient à la fois aux expositions très diverses, à la grande variabilité altitudinale, mais aussi à la variété des cépages utilisés ainsi qu'aux modes de conduite choisis, les ceps hautains (souches de vigne plantées au pied des arbres et associées à d'autres productions) sont encore très épandus.

vins de savoieL'annexion de la Savoie à la France en 1860 eut finalement des conséquences moins catastrophiques que celles auxquelles on aurait pu s'attendre. L'entrée en concurrence des vins savoyards avec les vins du midi français s'effectua peu avant la crise du phylloxéra, crise qui remit en question toutes les données préexistantes. Le phylloxéra fit son apparition en Savoie en 1877. Dès 1883, des syndicats de défense au sulfure de carbone furent créés dans une dizaine de communes. Mais en 1885, 55 des 65 communes viticoles étaient phylloxérées. Parallèlement, le mildiou était apparu en 1878 et l'oïdium en 1880. Tous ces malheurs n'entraînèrent cependant pas une réduction de la surface du vignoble. En effet, le remède du greffage sur porte-greffe américain ayant été découvert à la fin des années 1880, un vaste mouvement de replantation, encouragé par les prix élevés consécutifs de la réduction du vignoble méditérranéen, permit de compenser les destructions dues au phylloxéra. La reconstitution du vignoble s'accompagna de profondes transformations. Au niveau de l'allure du vignoble tout d'abord : on enregistra une quasi disparition des hautains au profit des treilles simples en bordure de champs, de vignes hautes à plusieurs rangées et à grand écartement avec ou sans culture intercalaire ou de vigne basse. Au niveau de la structure foncière ensuite, puisque la crise contribua à l'élimination presque totale de l'aristocratie viticole.

Histopire des vins de Savoie" Les grands propriétaires, privés pendant près de dix ans du revenu de leurs vignes, rebutés par les frais énormes de reconstitution, préfèrent vendre pour acheter ailleurs des placements moins précaires. " (C. Dalban). Au niveau des soins donnés à la vigne enfin puisque M. Fleury-Lacoste, alors président de la Société centrale d'agriculture, fit paraître en 1865 un guide pratique du vigneron dans lequel il exposait les nouveaux procédés de taille de la vigne. Le XIXe siècle s'achève donc sur un véritable renouveau du vignoble savoyard, dû en grande partie aux recherches visant à sa mise en valeur et au développement considérable de la culture de la vigne, surtout en zone basse. Une crise viticole, due essentiellement au gain de production des vignobles du midi entièrement replantés va se poursuivre jusqu'en 1905. La première guerre mondiale aura d'importantes répercussions sur la viticulture : le manque de main-d'œuvre ou son prix élevé contribuant à l'abandon de certains coteaux à la friche ou à l'arrache et à la transformation en prairie. Cependant la replantation se poursuit dans les situations plus faciles du fait de l'abondance des récoltes et de l'importante augmentation des prix. La mévente de la récolte de 1922, l'arrivée de la crise de 1930, la dénatalité et l'urbanisme naissant engendre un nouveau recul et les parcelles en pente sont de nouveaux abandonnées. " Mais en restreignant ainsi son domaine, la vigne voit s'élever son rendement ; les méthodes de culture s'améliorent et le progrès s'étend même aux procédés de vinification " (R. Blanchard). La seconde guerre mondiale accentuera encore le mouvement de concentration, mais de façon moins nette qu'on aurait pu le craindre. La vigne a donc largement participé à l'élaboration du paysage savoyard. Elle garde aujourd'hui la place privilégiée qu'elle a toujours occupée, mais ses traits actuels ne sont que le reflet de ce qu'elle était autrefois. Le vignoble couvre une aire géographique très limitée qui a subi des réductions :

- réduction altitudinale : la vigne atteignait la limite de ses possibilités dans beaucoup d'endroits.
- réduction spatiale : elle est concentrée dans les secteurs les plus favorables à sa culture, gage d'une qualité plus constante.

Si elle demeure l'une des cultures les plus prisées de Savoie, la vigne n'est cependant pas à l'abri de risques dus principalement aux aléas climatiques. Certaines campagnes récentes en témoignent avec acuité.
 
Site réalisé par Nouvel Oeil Communication